Le Coudrier

  • Treize nouvelles, dédiées à toutes les femmes réelles ou imaginaires, et à ceux qui peuvent les aimer.

    Sur commande
  • Pierres de vie

    Preaux/Claus

    Annie Préaux a toujours été pas-sionnée par le travail de la pierre, que ce soit celui des arts premiers ou les créations de l'homme qui partage sa vie.
    La pierre, ses failles, sa peau brute, la forme plus ou moins élaborée, utilitaire ou artistique, qui lui est conférée par l'intention et l'art du tailleur ou du sculpteur.
    La pierre, symbole de densité de la matière, de résistance, de perma-nence. Ses liens avec le cosmos, le temps long. La pierre qui peut être roc ou sable. La pierre noire, bleue ou blanche. Ou blonde.
    La pierre, celle que nous portons en nous, taillée, brisée, trouée de lumière et qui «sait tout le vrai de l'être au monde».
    Celle que nous polissons notre vie durant.

    Sur commande
  • Cheveux rouges

    Bouchoms Caroline

    Une jeune femme reçoit en héritage les enseignements de sa grand-mère préférée, Nina, décédée.
    Résistante juive et prisonnière politique durant la seconde guerre mondiale, Nina s'était donné pour mission de libérer le monde des monstres. Trouver la force pour continuer à aimer, vivre et résister.
    Entre documentaire et fiction, «Cheveux Rouges» est un millefeuille aux couleurs de la transmission, du devoir de mémoire et de l'amour comme acte de libération de la vie.

    Sur commande
  • Les thèmes de l'errance, de la nature, de la solitude consentie ornent ces poèmes d'une réflexion, quasi au jour le jour, sur le répons à l'autre, office bien moins aisé, puisque les mots ont cette liberté d'usage qui leur confère présence et tremplin. Ici, le souci de décrire par le menu la quotidienne présence des choses facilite sans doute l'empathie ressentie par le lecteur : chaude présence de «l'oiseau», de la femme désirée, de la «neige bleue», des saisons qui glacent ou émerveillent. Le «voyage immobile» a bien des charmes et la pluie des images concède au regard style et acuité, comme d'une vision qui anime ce qu'elle dévoile. «La nuit abrège» certains destins et les «sans-logis» ont leur place dans ces regards entremêlés sur un monde décidément à la dérive. On lit avec patience ces beaux poèmes d'amitié consentie ; on serre les mots levés au coin d'une page et on «échange» vraiment avec le doigté sensible de deux auteurs gagnés par l'intimisme vivifiant.

    A déguster lentement comme un bon cru.

    (Extrait de la préface de Philippe Leuckx)

    Sur commande
  • L'enfant poète - le poète enfant - vit dans un monde d'avant le monde, d'avant les désillusions, d'avant les meurtrissures inévitables, un temps de « chair », un temps qui ne fait que s'écouler. Ainsi « Sans doute n'aimais-je rien tant que le temps qui s'écoulait, le vent qui dans mes cheveux me renouvelait la promesse des instants, la grâce d'un moment où le monde nous fait vibrer de son onde, matière dont l'être nous remplit, lumière à notre esprit ».
    L'enfant était heureux, vivant, ne connaissant du réel que ce qu'il percevait de ses propres yeux, en quête pourtant d'étoiles comme l'homme de la Mancha projette le « pari de l'étoile ». Et pour vivre, la poésie, tout autant que la peinture, donne accès à un réel plus lumineux - différent selon qui le perçoit - à défaut, comme les hirondelles, de pouvoir ressentir « la légèreté de vivre ».
    Il y a du Kundera de « L'Insoutenable légèreté de l'être » dans le poète enfant Aubevert, qui évolue dans cette époque bénie où le pays nageait dans la prospérité et dans la liberté... , liberté toute relative, car « penser de travers » n'avait guère droit de cité sous l'égide de L'Église et de ses croyants zélés. Et le poète aujourd'hui, en mémoire de l' enfant heureux mais aussi coquille de noix sans foi ni loi, se doit de croire en la vie en cette époque de retour des confessions , mais aussi de croire encore à cet enfant dont les yeux se dessillent.
    Aubevert le poète livre ici un livre magique, solaire, où la poésie partout présente se met au service du temps, du monde, du sens profond de la vie.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Vendémiaire, an 424.
    Bretagne rase campagne : au pic des caps, l'arbre a perdu pied. Il a rendu les armes, ras la bruyère violette et ras l'ajonc, à l'éclat un peu sale. Le chêne a courbé l'échine, laissé le terrain aux épines. Terre extrême, Finistère sous les vents rugissants, entrecoupée par les vallées noyées, comme aux appels d'une Ys, j'épelle vos combes à l'étiage d'une tombe.
    Au reflux de la mer, d'aventure, des vestiges ressurgissent d'un temps si révolu que j'en conçois le vertige. Tant de bateaux se sont échoués. Leur cage thoracique repose dans l'eau.
    Pays d'Armor, je vous sais terre des morts au cap des naufrageurs. Sur la mémoire de leurs feux, semble veiller un phare, épaulé par un contrefort de rochers, tandis que sur le plateau pelé, la cuscute parasite ébouriffe la lande d'une rousseur insolite. On dit qu'elle a tôt fait de couvrir un site et de le dépayser, si vite qu'on croirait un tour de magie.
    Bretagne coupe rase des arbres sous la tempête, aux feux follets dont le vent ranime la brande, sous le remembrement qui, tel un agent Orange, un défoliant, balaya les haies, repoussant les voies de l'étrange au maquis des halliers. Ultime coupe-vent, un paraphe de chèvrefeuilles sépare le jardin du champ voisin.
    Traquant la ronce des mûriers, les glands de chêne, il me semble repousser du jardin domestiqué la nostalgie envahissante des sauvageries, le geai et le sanglier qui nu, se vit cochon. Moi qui me prétendais coureur des bois, annonciateur des ménades sur des pistes nomades, j'hérite d'un improbable pré à vache pour terre arable.
    Je me vois logé au rang de sédentaire, habitant d'un rêve arrêté, Merlin dans la maison de verre de sa légende, cultivant ses songes pour rançon de ses changes. Faut-il, pour qu'en fleurisse le nom, consentir aux roses le sacrifice d'un sang que la ronce prélève de force? Je m'égratigne à tourner autour, sans doute indigne de leurs atours. La cétoine dorée, qui leur est dédiée, les dévore de baisers. Dois-je les en épouiller, ou en est-ce la dernière touche comme d'un supplément d'âme, le camée idoine?
    J'émargeais jadis, obsolète poète, à l'ordre des arbres et des bêtes auxquelles leur robe suffit de peau. Aussi je me sentais dépourvu de ne plus aller nu, consigné au rebut d'une fière tribu. J'empruntais à l'adamite sa bure; mon corps identifiait mon humanité, sans qu'aucune pudeur ne puisse me la contester.
    Le verbe m'habillait de son tissu.

    Ainsi qu'un coeur bat au rythme d'un sang, que Marianne se lève pour brandir un poing, Fabre d'Églantine soustrait aux Saints le calendrier romain pour le restituer au rythme des saisons.
    On ne sait, au sortir de l'hiver, bourgeon ou bouton, l'éveil révolutionne le monde pour autant qu'un coeur s'élance à la poursuite des soleils.
    Un vent transporte le monde et c'est aux lèvres toute la puissance des ondes que traduit le poète.

    Sur commande
  • Par delà l'évocation du désert réel, Harry Szpilmann nous parle d'une traversée d'un désert intérieur qu'il nous livre par poèmes et aphorismes interposés.
    «La subjuguante fascination de l'homme pour le désert n'émane-t-elle pas d'une sorte de passion passive et sans objet, fruit d'un désastre consumant tout et n'épargnant rien de son incendie glacé?» Question qu'on peut se poser à bon droit, en effet, tant le désert ne se prête guère qu'à être quitté, lorsqu'on aime la vie, ses couleurs et ses parfums.
    Et, dans la dernière suite, qui aborde explicitement l'écriture :
    «Écrire se révèle quelquefois être une cruelle façon d'aborder, tout en vertiges et halètements, sa propre vulnérabilité. Au risque de ne jamais s'en relever.» «Ces quelques signes que la blancheur de la page recueille dans la concrétude de l'encre, jamais ne préserveront l'écrivant, tandis que la spirale de l'écriture l'y précipite, de l'insondable de sa nuit.» Il n'y a rien à ajouter.

    Sur commande
  • La vallee des epices

    Derese/Aubevert

    Sur commande
  • On dit la politesse du désespoir. Légère nous apparaît ici la poésie déclinée dans la fantaisie d'un parcours d'artiste.
    Hasard et nécessité, on y voit Dieu jouer avec le feu. Certes, Dieu n'est pas tombé dans la marmite, étant inné, mais il s'efface du monde qu'en apprenti sorcier il a créé. Dieu est le bouilleur de crus, le savant brouillon dont nous sommes l'erreur.
    A quelle pierre philosophale fixerons-nous sa mémoire?
    «Doit-on être croyant pour obtenir la grâce?» s'interroge l'auteur.
    Sans doute faudrait-il sortir de la caverne de Platon, retrouver la candeur de l'enfant, né comme le papillon de la chenille d'un chou, d'un coeur léger butiner les fleurs, nous frotter aux pollens.
    Qu'est la maturité à l'Homme traversé de courants d'air, sinon l'attache d'une enfance choisie que surprend à persévérer la poésie?
    Le temps, l'espace, les lois de l'univers, à travers les lieux qu'il se souvient de rêver, le créateur brouillon ne peut qu'être nostalgique de son geste. Sa création lui échappe dans l'instant où il s'en retire, telle la mer du rivage.
    Sans jamais se prendre au sérieux, sur un fond mélancolique, l'auteur, humoriste, nous fait vivre ces instants futiles dont nous pèse l'insoutenable légèreté. Modeste à l'égal de l'auteur, je ne prétends ici produire qu'un écho de voix vive. Au fil des mots, comme d'un linge, il donne du fil à retordre.
    Le poète est celui qui inspire. Il me semble ici que le non-sens s'érige en sens pour en masquer l'absence, la dérision pour acte de foi dans la raison.
    Citons pour finir ces mots « A l'intérieur de cette pierre évoluait la couleur gourmande du miel, le pastel des plaines qu'on rencontre en Arabie sous le couchant, la teinte acide et juteuse d'une orange qu'on vient d'arracher. C'était un soleil en devenir, une étoile endormie » On se dit qu'à force de vouloir épurer tout ce qui serait de trop, seule la fantaisie peut surseoir au blanchiment du sens.
    La littérature n'est pas le domaine du progrès, heureusement nous confie le poète.
    On se dit qu'au sortir de l'obscurité, Icare apparaît comme l'allégorie du Progrès qui, par l'euphorie qu'il suscite ne peut que se brûler les ailes pour renaître de ses cendres sous une forme que nous ne pouvons anticiper : un blanc.

    Sur commande
  • Voyager comme un aller-retour, avec des faux-pas, sur des entrelignes sans jamais trouver la ligne... Le voyage est une carte polyphonique où nos voix s'entremêlent et dessinent des chemins, des lignes de l'âme, de coeur, de corps... Des lignes tracées à la mesure de l'être.
    Le mot même est un voyage qui déborde d'humanité, une croisée de regards sur le monde qui regarde, un vide que l'on remplit sans jamais le remplir.
    Quête du bout du monde, quête d'un fond dévoilant d'autres fonds, quête de l'ailleurs qui est partout...
    Le voyage nous immunise contre la paresse, la docilité, le renoncement facile. Il est cette piqûre qui réveille la conscience et nous ouvre comme une porte vers où nous devons être, le lieu de cette présence à nous-même et aux autres. Il est tous les départs et le seul vrai retour aux origines, dans l'onde du mouvement.
    Relatant une pérégrination d'un an dans l'hémisphère sud, ce voyage -non touristique- nous apporte l'air du grand large.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Philippe Leuckx a le verbe nomade, il nous conduit dans le mystère de chemins invisibles. Il nous donne à voir, à sentir, à rêver. Une émotion se lève dans les hautes herbes de la mémoire. Mais le soir est-il si sûr ?

    On ressent une inquiétude malgré l'oiseau si présent, une difficulté à recevoir les séductions de la nature. Le poète est sans force devant la langue de la montagne. L'enfance revient vers lui avec ce père, ce géant qui ensemence ses souvenirs, porte l'immense bleu entre ses mains.

    Philippe Leuckx se fait humble (une belle humilité) devant l'immense beauté, son âme est frémissante, il avale les cieux dans une caresse de langue et de verbe. Les voix qui se glissent dans la saison dorée, le délivrent, lui ouvrent des instants de fraîcheur on ose à peine nommer le jour. Souvent ces voix reviennent vers lui pour lui murmurer des messages légers, des voix simples et sages venues de l'autre côté des miroirs. Il parle de la fidélité du ciel qui se souviendra de nous.

    Un esprit ailé plane au-dessus des cimes et vient se poser sur l'épaule du rêveur. Leuckx arrache une plume, la taille, la trempe dans l'encre et nous écrit un songe qui se déroule tel un ruban dans la fragilité de l'air. Sa plume voyage, emprunte tous les sentiers de ses visions, tous ses éblouissements. Les paysages s'ouvrent sur sa feuille, l'encre jaillit, caresse le vert de l'herbe, le rouge des fleurs, le gris de l'au-delà.

    (Extrait de la préface d'Anne-Marie Derèse)

    Sur commande
  • D'ils et d'aile

    Pascal Feyaerts

    Sur commande
  • Luminescences

    Nathalie Wargnies

    Sur commande
  • Quand rôdent les loups

    Lucy Torrekens

    Ce recueil de poèmes de Lucy Torrekens est le choix de l'amour. L'amour pour son époux qu'elle a connu dans la voluptueuse éclosion de ses quatorze ans et qu'elle a mené toute une vie dans la chaleureuse émotion des corps. ... Lucy Torrekens touche aux symboles, elle traverse le miroir pour mieux comprendre la douleur nue, à l'état pur. La douleur qui traverse des êtres faits de chair, de sang et d'os. La douleur envahissante, pénétrante jusqu'à la moelle.
    Le mur infranchissable de plus jamais le regard, plus jamais les mains, plus jamais la danse folle des jours de fêtes.

    Attirée par les ténèbres, son ombre, déjà, la recouvrait.
    ......
    Mater Dolorosa, mère des douleurs, vous êtes au plus profond d'un gouffre.

    Et l'horloge fait le même chemin, la même ronde toujours recommencée, elle tourne effaçant le temps, effaçant l'espoir. Prison du temps. Pas la moindre lueur d'évasion.

    Un jour, elle marquera l'heure :

    Alors, seulement alors, vous serez prête pour des retrouvailles.

    On ne sort pas intact de Quand rôdent les loups ...

    Extrait de la préface d'Anne-Marie Derèse

    Sur commande
  • Lyrique et incisif, ce recueil se déplie comme une feuille perlée de rosée, touchée par la lumière. A travers la mélodie des images, se révèle la parole d'un poète.
    S'il évoque la rose, il s'inquiète de son nom, questionne les tours que nous joue le langage à l'aune des manipulations.

    Écoutons-le :

    « Ô la rose d'un véritable amour, et la rose de son vocable ! Et comment relancer le dé bleu cher au poète pour tirer le chiffre du ciel au sept des Pléiades? Je dirai que la poésie creuse le réel pour nous rappeler que nous vivons à l'horizon d'un ciel, pour aérer les mots dans une respiration de l'esprit. J'ai revisité mon tarot d'images, mon parolier d'assonances, en y introduisant un jeu de roses et tant de pétales en ont volé que j'en ai gardé un sentier de pages. Certes, ce ne fut pas sans qu'en chemin des roses, resurgissent les épines qu'on nous promet pour rançon de la fleur sur la foi des lauriers d'un Sauveur, sans en passer par l'étranglement des sanglots. Je me divertis d'entendre aujourd'hui qu'il faut apprendre aux enfants à penser par eux-mêmes pour les prévenir contre les intégrismes. Ma mère avait une expression bien sentie pour qualifier une telle prétention à penser : un âne qui veut en faire à sa tête. Elle en avait une autre : comprendre de travers. Ses suppliques ne supportaient pas de réplique. Elle requit un psy pour me persuader de me laisser raisonner. Je fusse né musulman, puisque la foi descend d'une naissance, qu'on m'eût convaincu d'apostasie au risque de ma vie plutôt que de psychiatrie. Qu'un jeune veuille se différencier de son milieu, il sera retourné à sa banlieue. Il est bien temps de crier qu'on assassine la liberté ! Je fus Charlie. Les djihadistes n'ont pas tué l'hebdomadaire; ils l'ont sauvé d'une asphyxie économique par le traumatisme qu'ils ont causé. L'économie est une politique, le choix des démocraties de marché. Pour ainsi dire, elle transcende nos vies. Je garde pour sauvegarde la rose, poète d'entre les têtes pensantes. Je rends au monde ce qui appartient au monde. Galilée eût pu en dire autant : ce n'était pas en son nom que tournait la Terre. Sans doute y eut-il du poète, une tête en l'air, dans cette lunette au travers de laquelle il crut pouvoir examiner les cieux à l'envers de son temps. Conscient et responsable, le savant se dédit. La poésie désarme les larmes en se changeant les yeux. En chaque rose, se joue le jour de mémoire de poète. Et c'est une barque d'étoiles où se surprend une âme d'enfant à exister par-devers les grands de ce monde.

    (Préface de Jean-Michel Aubevert)

    Sur commande
  • Sur commande
  • Temps noir

    Anne Bonhomme

    Brusquement, la guerre.
    Elle est devant moi, elle est derrière moi, elle est autour de moi.
    Des vivants sidérés.
    Des morts tellement lourds.
    La guerre est entrée dans les mots de tous.
    Elle est entrée dans le poème.
    La guerre éclate tout.
    La guerre éteint tout.
    Au milieu, un petit enfant.
    Mon seul souci.


    Anne Bonhomme, mai 2015

    Sur commande
  • L'humaine créature évolue entre deux chaises, entre l'immersion des sens et la représentation mentale. Comme le notait l'ethnologue Claude Lévi-Strauss, il ne suffit pas que l'aliment soit bon à manger; encore faut-il qu'il soit bon à penser. Ainsi louvoyons-nous entre le réel et le vrai, entre ce que nous vivons et ce que nous en concevons.

    Ainsi en est-il de ces « Photographies de Bretagne » où se love le poème. Recueil nostalgique, entre deux départs et deux retours de Bretagne, plus voyage dans le temps que dans l'espace, retour sur une mythique Brocéliande traversée de présences, où le gui se rappelle encore aux druides.

    Sur commande
  • La jeunesse, non celle, rêvée, qui fut la nostalgie de mon existence, la bienheureuse qu'ont bercée les marraines, qu'ont bénie les fées, mais la réelle, l'atroce adolescence sous des auspices féroces, me revint à l'esprit. Ce fut comme un tapis de mémoire où je dérapai, à moins qu'il ne fût tapis rouge dérobé sous mes pieds. J'en vis se dérouler le tapis devant moi comme des marches en bas desquelles j'étais ramené à mesure que je tentais de les gravir, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que cendres de ces espérances qu'on place dans l'enfance. Les évènements s'enchaînèrent dans mon esprit comme le deuil d'une jeunesse retrouvée, peut-être mort-née. Avais-je la moindre chance d'entrer dans la danse de l'existence comme au don d'une vie? Pour peu que j'entre dans l'espérance, on m'en ôterait la présomption, en sorte que je fus précipité dans l'exclusion et la négation...

    Sur commande
empty