Archipel

  • Promets-moi, papa

    Joe Biden

    Promets-moi, papa.

    Novembre 2014. Joe Biden et ses proches sont, comme le veut la tradition familiale, réunis pour Thanksgiving. Mais, cette année-là, la réunion de famille, d'ordinaire source de joie, a une saveur amère.

    Beau Biden, son fils aîné, est fragilisé par la tumeur au cerveau diagnostiquée quinze mois plus tôt, qui pourrait lui être fatale. « Quoi qu'il arrive, ne renonce pas, continue à te battre, lui dit-il. Promets-le-moi, papa. » Issu du journal intime et des notes de Joe Biden, voici le récit de l'année qui a suivi. Il dessine le portrait d'un homme tiraillé entre le devoir de poursuivre son action et la nécessité de soutenir sa famille endeuillée.

    Quelques jours après le décès de Beau, le 30 mai 2015, le vice- président est de retour à la Maison-Blanche au côté de Barack Obama, dont il est devenu l'ami et le confident, pour gérer les crises internationales du moment.

    Ce témoignage n'est pas seulement celui d'un futur président, il est aussi celui d'un père, d'un grand-père et d'un mari. Il y montre comment la force des convictions d'un homme peut l'aider à surmonter la douleur et à se projeter vers l'avenir.

  • Quelle carte pour le monde du XXIe siècle ?

    Si le XXe siècle a été le siècle des excès et celui de l'affrontement de deux idéologies dominantes, démocratie et capitalisme contre dictatures fascistes et communistes, le XXIe siècle a d'ores et déjà fait voler ce clivage en éclats, révélant de nouveaux enjeux déterminants pour l'avenir de l'humanité.
    Le nouveau siècle sera celui de la résolution d'interminables conflits - israélo-palestinien, indo-pakistanais - où la domination d'un territoire est devenue la condition sine qua non de l'existence d'un État. Celui d'une guerre idéologique entre Orient et Occident, mais aussi d'une guerre au sein de l'Islam entre sunnites et chiites. Celui d'une résurrection des grands empires - turc, iranien, russe, chinois - et de nouvelles influences régionales et mondiales.
    Sera-t-il le siècle du basculement ? d'un glissement du modèle démocratique dominant vers des régimes autoritaires ou des « démocratures » ? Verra-t-il l'émergence de nouveaux modèles de société plus justes, ou au contraire la résurgence d'anciennes puissances impérialistes adaptées à la modernité ? Catalyseur de tous ces questionnements, la crise de la Covid-19 semble déjà placer l'humanité face à ces nouveaux défis.

  • La biographie complète du nouveau président des États-Unis.
    Le matin de l'élection, Joe Biden inscrit sur le mur de sa maison natale à Scranton, en Pennsylvanie : « De cette demeure jusqu'à la Maison Blanche, par la grâce de Dieu, 3 novembre 2020 », avant de signer. Cinq jours plus tard, tout juste déclaré vainqueur, son premier acte public est d'aller se recueillir sur la tombe de son fils Beau, décédé d'un cancer.
    Le 46e président des États-Unis n'oublie ni ses racines ni les épreuves qui ont émaillé sa vie et trempé son caractère. C'est son État de Pennsylvanie, son État d'origine, qui lui a donné la victoire - sur le fil. Enfant, il jouait des poings dans les rues de Scranton ; son caractère offensif lui a permis de résister à un Donald Trump déchaîné. Ayant rappelé cent fois les souffrances de sa vie, les Américains ont compris qu'il saurait les aider à traverser la pandémie.
    Cette biographie retrace tout l'itinéraire de Biden. Elle évoque les dernières semaines de campagne. Le contraste entre la stratégie discrète d'un Biden et les meetings tonitruants de Trump. La folle nuit de l'élection, qui durera quatre jours. Elle liste aussi les défis qui attendent le président élu, avec un pays plus divisé que jamais face aux crises sanitaire et économique.
    Sera-t-il à la hauteur ? À 77 ans, aura-t-il l'énergie pour sortir son pays de ce mauvais pas ? L'Amérique peut en tout cas compter sur son courage, son habileté et sa compassion : autant de qualités acquises sur le long chemin qui l'a mené de Scranton à la Maison Blanche.

    Sur commande
  • En 2005, alors ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy fut le premier au monde à alerter sur la survenue prochaine d'une pandémie. Son rapport établissait, étape par étape, les procédures à appliquer pour enrayer la propagation d'un virus. Or, plutôt que de suivre ses principes d'anticipation, le gouvernement a géré le début de l'épidémie dans la plus grande improvisation, avec un temps de retard permanent. Faits et chiffres à l'appui, l'auteur démontre qu'en ne suivant pas l'exemple de pays tels l'Allemagne ou la Corée du Sud, qui ont pratiqué une politique de dépistage massif, la France a subi un taux de surmortalité parmi les plus importants au monde. Il dénonce l'hystérie collective suscitée par le traitement à l'hydroxy- chloroquine, la publication d'une fausse étude par la célèbre revue The Lancet, qui restera à ses yeux l'un des plus grands scandales scientifiques, ainsi que le rôle joué par les lobbies de tous ordres. Philippe Douste-Blazy plaide aussi pour une culture de la prévention à travers une véritable politique de santé publique, seul moyen d'empêcher les crises sanitaires à venir.

    Sur commande
  • Progressiste, humaniste, amoureux des arts, Hamad Al-Kawari n'a cesse´, tout au long de sa carrie`re diplomatique, d'oeuvrer au rapprochement des peuples, mais aussi de changer notre regard sur les cultures du monde arabe, afin d'« ouvrir des bre`ches dans les murs que s'inventent stupidement les nations ».

    Candidat a` la direction ge´ne´rale de l'Unesco, ou` il a longtemps sie´ge´, cet intellectuel ouvert et constructif a pourtant connu l'ostracisme. Repre´sentant d'une « civilisation opprime´e », il s'est vu e´conduire par une « coterie impitoyable et manoeuvrie`re », ou` la France et certains pays arabes ont joue´ un ro^le.

    E´pisode que cet homme de paix ne voulait plus taire, livrant un te´moignage e´difiant sur les arcanes des grands ce´nacles internationaux. Ainsi qu'un plaidoyer pour un dialogue Nord-Sud enfin ancre´ dans les faits.

  • Comme la tortue de la fable, Joe Biden a fini par supplanter tous ses concurrents lors de la primaire démocrate. Nonchalant, gaffeur, il a amorcé un spectaculaire redressement lors du Super Tuesday du 3 mars 2020. Au terme d'une campagne fantôme, marquée par la pandémie, il affrontera donc Donald Trump, qui ne le désigne que par « Sleepy Joe », à la présidentielle de novembre. L'enquête de Jean-Bernard Cadier retrace le parcours de Joe Biden, de son enfance typique de l'Amérique d'avant, en Pennsylvanie, jusqu'à ses huit années de vice-présidence dans l'ombre de Barack Obama. Une vie ponctuée de drames (la mort de sa femme et de sa fille dans un accident de voiture, celle de son fils aîné emporté par le cancer), de casseroles (le vote de la guerre en Irak, ses tergiversations sur la question raciale) et de scandales - les affaires de son fils Hunter en Ukraine. À 77 ans, Joe Biden se dit prêt à rejoindre une dernière fois la Maison Blanche, persuadé que son âge est un atout pour apaiser une Amérique traumatisée par le chaos de l'ère Trump. Et, à défaut de l'enthousiasmer, la rassurer. Le voici au pied du mur...

    Sur commande
  • A` chacune de ses prises de parole, elle de´fie les puissants. Elle irrite Donald Trump autant qu'elle enthousiasme Barack Obama et ses interventions affolent les journalistes du monde entier. Mieux que les politiques, mieux que les scientifiques, Greta Thunberg a impose´ le de´fi climatique comme enjeu majeur de notre sie`cle. Mais comment cette Sue´doise autiste et solitaire est-elle devenue un phe´nome`ne, l'incarnation d'une prise de conscience universelle face a` la catastrophe e´cologique qu'elle annonce ? De quelle fac¸on a-t-elle popularise´ son discours lapidaire, en de´pit de son jeune a^ge et de son allure enfantine ? Certains la disent instrumentalise´e, marionnette du capitalisme vert ou de parents assoiffe´s de notorie´te´. D'autres l'e´rigent en ico^ne sacrificielle, pre^te a` s'oublier pour sauver la plane`te. La re´alite´ est sans doute a` chercher dans l'histoire de l'adolescente, dans son enfance torture´e, au sein d'une famille engage´e et tre`s me´diatise´e. Pour raconter cet e´tonnant parcours, Mae¨lle Brun a recueilli le te´moignage de ses proches, a` Stockholm notamment. Cette enque^te, premie`re biographie de Greta, re´ve`le comment a surgi son cri de cole`re, devenu cri de ralliement de millions de militants.

    Sur commande
  • 38 discours hors du commun.
    Du fondateur " Je vous ai compris " de Charles de Gaulle à la défense du mariage pour tous par Christiane Taubira, du mythique discours du Panthéon sur Jean Moulin signé Malraux au plaidoyer anti-guerre d'Irak prononcé par Dominique de Villepin à l'Onu, Jean-Louis Debré commente les " grands discours " de la Ve République, depuis sa naissance en 1958.

  • L'info a été relayée par les médias : Brigitte Macron tiendrait son journal intime. Sans attendre sa publication, Patrick Girard l'a reconstitué.
    Depuis son emménagement à l'Élysée en mai 2017, notre première dame, novice en politique, a en effet choisi de prendre de la distance par rapport aux événements et de confier à la page blanche ce qu'elle ne peut dire publiquement.
    Passionnée par ce rôle auquel rien ne l'avait destinée, Brigitte Macron rapporte, avec un étonnant franc-parler, les faits marquants de son action, essentiellement caritative et sociale, et les efforts qu'elle a dû faire pour déjouer pièges et embûches.
    Le caractère fusionnel de sa relation avec Emmanuel Macron lui permet de formuler son avis sur les réformes voulues par son mari et sur ses discours ou ses actes. Très jalouse de son influence, elle n'hésite pas à rapporter les conseils ou les mises en garde qu'elle lui adresse lorsqu'il lui paraît négliger certains sujets ou commettre certaines erreurs. Très critique à l'égard des conseillers d'Emmanuel Macron, les fameux « Mormons », qu'elle soupçonne de vouloir accaparer le président en faisant peser sur lui l'essentiel du travail, elle a ses préférés mais aussi ses têtes de turc parmi les ministres. La fréquentation des grands de ce monde, croisés au hasard des voyages officiels à l'étranger ou d'événements en France, ne lui a pas tourné la tête mais lui a fait découvrir les arrière-plans, parfois peu ragoûtants, des coulisses diplomatiques.
    Ce journal est pour elle un précieux outil de réflexion alors que se profilent déjà l'échéance de 2022 et le fardeau que ferait peser sur ses épaules la réélection du président sortant.

    Sur commande
  • Chirac face à l'Histoire.

    En plus d'avoir été un acteur de l'Histoire, l'ancien président Jacques Chirac aura également été un grand témoin de celle-ci. De la reconnaissance de la responsabilité de la France dans la déportation des juifs au parrainage du Musée du Quai Branly, Jacques Chirac aura voué sa vie toute entière à une déférence fidèle et respectueuse d'une Histoire à réhabiliter.
    Cet album présente, en quelque 60 thèmes alphabétiques, un Président qui toute sa vie a coudoyé la grande Histoire. Concocte par celui qui fut son ministre de l'Intérieur, il est enrichi de confidences, d'anecdotes inconnues et révélatrices, de souvenirs et de 250 photos parfois inédites.

  • Deux grandes figures de notre temps Ils auront été l'un des couples les plus emblématiques de la Ve République. Robert, l'ancien ministre, et Élisabeth, la philosophe, auront été deux grands agitateurs d'idées, depuis l'année de leurs noces : 1966. Lui, ancien Garde des Sceaux et président du Conseil constitutionnel, dont l'histoire retient l'implication dans l'abolition de la peine de mort, la dépénalisation des relations homosexuelles des mineurs de plus de 15 ans, ainsi que l'intransigeance morale. Elle, pour ses prises de position féministes et laïques, au moment du procès de Charlie Hebdo notamment.
    Pourtant, ces proches de Mitterrand, en dépit de leurs interventions dans la vie politique et intellectuelle de la France, se sont toujours soigneusement tenus à l'écart de l'exposition médiatique. Rares sont ceux qui ont été admis dans leur appartement de la rue Guynemer, face au jardin du Luxembourg.
    Alain Frèrejean raconte l'histoire de ce couple intrigant, passionnant et secret. Et nous invite à redécouvrir une histoire moderne de la France au prisme de leur incroyable destin.

    Sur commande
  • Origines, cousinages, personnalités et anecdotes : le « pape de la généalogie » se penche sur nos politiques.

    L'arbre généalogique de nos politiques réserve des surprises : VGE descendant de Louis XV, DSK d'un bagnard, NKM des Borgia, Ségolène Royal cousine de Claude Allègre et de DSK...
    Sarkozy et Gollnisch ; Cohn-Bendit et Bruno Mégret ; Besancenot et Pasqua : de bords opposés et pourtant... nés le même jour !
    Le parcours de chacune des personnalités est pimenté d'anecdotes. Ainsi, la passion pour le sport automobile de Fillon ou le goût immodéré de François Hollande pour la farcidure corrézienne...
    En complément de cette édition : les fiches des grands dirigeants internationaux (Merkel, Obama, Poutine, Elizabeth II, Laurent de Belgique, Albert II de Monaco...).

  • Du discours du Trocadéro à la déroute des Européennes.
    5 mars 2017. Une tragédie classique se joue sur cette place de la Rive droite, entre la statue du Maréchal Foch et le cimetière de Passy. Une journée déterminante pour l'avenir de la droite française.
    La manifestation de soutien à François Fillon au Trocadéro est devenue aujourd'hui le symbole d'un tournant idéologique des Républicains. À tel point que, lors de la campagne 2019 des européennes, Édouard Philippe a volontairement stigmatisé ce parti - dont il est lui-même issu - en le qualifiant de « droite Trocadéro ».
    Mais alors, de quelle droite s'agit-il ? Que s'est-il joué ce 5 mars 2017 ? Pourquoi des dizaines de milliers de militants et de sympathisants sont-ils venus ovationner leur héros, François Fillon ? Au milieu des Pécresse, Retailleau, Raffarin, Baroin, également présents et venus l'ovationner comme un gourou.
    Pour mieux comprendre pourquoi la droite est en pleine déliquescence, en pleine implosion aujourd'hui, les auteurs reviennent sur cette journée, déterminante sur ce choix d'une orientation idéologique inédite dans l'histoire de ce parti conservateur... avant de dérouler le fil de tous les éléments quo t concouru à sa déroute aux élections européennes.

    Sur commande
  • Le paradoxe saoudien

    Isabelle Laserre

    • Archipel
    • 27 Novembre 2019

    Un pays en mutation... que l'Occident n'a jamais lâché.

    Des pilotes saoudiens de l'attentat du 11 septembre 2001 a l'assassinat du journaliste Khashoggi, les alliés occidentaux de l'Arabie Saoudite auraient eu de multiples raisons de remettre en cause leur relation avec Riyad. Mais Washington a ferme les yeux et Paris a mis en sourdine le sujet des droits de l'homme.

    Car les atouts du royaume wahhabite sont trop précieux. Il est au coeur des changements géopolitiques qui bouleversent la région. Le « repli » américain et le recul de la puissance occidentale ont favorise l'affirmation de nouveaux États qui poussent leurs pions dans un Moyen-Orient qui s'abandonne au chaos : Turquie, Iran, Russie... Dans cette région en proie a des bouleversements géopolitiques majeurs, Riyad représente un atout essentiel pour l'Occident.

    Allie stratégique indispensable, Riyad l'est aussi au plan économique. Il exerce une influence déterminante sur les cours du pétrole, achète des armes aux États-Unis et a l'Europe, notamment a la France, et investit ses fonds souverains partout dans le monde.

    C'est tout le paradoxe : malgré son caractère autoritaire et ses dérapages sur la scène internationale, l'Arabie Saoudite s'ouvre progressivement a la modernité, sous la houlette de son prince réformateur Mohammed ben Salmane. Le rigorisme religieux est en perte de vitesse, les femmes conquièrent quelques libertés et le royaume s'éveille au tourisme. S'il parvient a inscrire ses vastes projets dans la réalité, « MBS » peut changer le visage de son pays et redéfinir sa place sur l'échiquier mondial.

    Sur commande
  • Un demi-siècle de combats, dix-huit années à la mairie de Paris et douze ans de présidence de la République. Recordman de popularité, appétit d'ogre et amateur de bière, homme du terroir féru d'arts premiers, adepte du parler cru et du dialogue des cultures, le personnage est, à tout le moins, paradoxal. Même ses proches auront peiné à le décoder. Secret et provocateur, ce tueur plein de compassion, séducteur et angoissé, prudent et culotté, n'a cessé d'être animé de la rage de gagner et de la passion de servir les Français.
    Xavier Panon raconte le président aux cinq vies : celles du guerrier, du jouisseur, du conquérant, du président, du globe-trotter. Un portrait rehaussé de témoignages de Michel Rocard, Jean- Pierre Raffarin, Roland Dumas, Marie-France Garaud, Jean-Louis Debré, Jean-Louis Borloo et de bien d'autres dont il a recueilli les confidences parfois surprenantes.

  • Os court !
    Le Toutou du Touquet (Emmanuel Macron), Rantanplan (Edouard Philippe), Le Chien battu (François Fillon), Le Griffon  béarnais (François Bayrou), Le Bouvier insoumis (Jean-Luc Mélenchon)...: les hommes et femmes qui nous  gouvernent  ont tous, sans exception, quatre pattes, un museau et une queue. Ceux qui  gouvernent le monde ne sont pas  en reste : Le Bull Dog (Donald Trump), le Chien-Loup de Sibérie (Vladimir  Poutine), Le  Bichon  teuton (Angela  Merkel) et jusqu'au Shih-Tzu (Kim Jung Un)... il y a quelque chose de canin dans la meute politichienne. Les dents longues, déjà, indispensables à la fonction. L'art (subtil) de prendre les autres pour des truffes tout en leur faisant de la lèche. Un talent incontestable pour faire le beau. Une tendance à être aux abois. Et quelque chose d'indéniablement cynique...Ajoutez à cela les grognements des uns, les aboiements des autres et les couinements des chiens écrasés (aux élections) des troisièmes et vous obtenez un chenil abondamment pourvu en roquets, en chiens (et chiennes) de garde, bassets, boxers, corniauds et dogues en tous genres, sans oublier les dingos, étonnamment nombreux.
    Force est donc de reconnaître une certaine ressemblance entre l'homme politique et le meilleur ami de l'homme, que cet ouvrage scientifique et pourtant formidablement distrayant s'efforce de mettre en lumière.
    Et le pire, c'est que c'est eux qui nous tiennent en laisse...

  • Brexit, élection de Trump : et si la mondialisation favorisait réactions communautaristes, nationalismes et repli identitaire. Comme si tout concourait à la disparition du vivre ensemble : montée des inégalités, poussées migratoires, terrorisme...
    Dans ce contexte, la France ne doit pas différer les adaptations nécessaires de son économie. L'entreprise est au coeur de l'innovation et de la création, et nous devons comprendre la formidable dynamique de richesses dont le capitalisme est à l'origine.
    En même temps, il faut donner un sens à l'entrée de notre pays dans la mondialisation. À la question « Où est notre projet commun ? », les auteurs confrontent leurs expériences et se retrouvent pour défendre une social-démocratie non pas molle, mais résistante. Une social-démocratie qui refuse le repli protectionniste et recherche l'ouverture à l'Europe, l'équilibre entre nécessaire motivation individuelle et justice sociale, la révolution de la responsabilité dans l'entreprise et la fraternité d'un nouveau savoir-vivre en société.

  • ...le renouveau malgré tout.

    Quelques mois après les échéances électorales de 2017, la plume du premier secrétaire du PS se fait scalpel pour comprendre les débats qui ont agité le quinquennat et prendre la mesure des défis qui se posent au camp progressiste.
    Échecs ou réussites, le quinquennat de François Hollande aura plus péché par l'absence de fil conducteur que par des mesures inconsidérées. Et si Jean-Christophe Cambadélis livre son « retour d'expérience », quasi clinique mais riche en anecdotes, c'est pour mieux se tourner vers l'avenir, penser la suite et rassembler son camp.
    Il dresse le tableau des cinq tendances politiques lourdes qui caractérisent selon lui la nouvelle ère politique, et propose cinq leviers d'action pour réarmer la gauche. Et cela dans un paysage politique national profondément reconfiguré, et un contexte international plein de menaces.

  • Dès le soir de son élection, son arrivée au pied de la pyramide du Louvre constituait un message sans équivoque : la "verticalité" de la fonction présidentielle était de retour. L'envie du pouvoir partira du sommet vers la base. Emmanuel Macron était le candidat 2.0 ; il sera "le" président, tout court.Comment gouverne Macron ? Quels sont les ressorts et les méthodes de la transformation de grande ampleur lancée par le président de la République ? Pour le comprendre Michaël Darmon, chroniqueur du pouvoir depuis Nicolas Sarkozy, a plongé dans les coulisses du gouvernement et de la machine Macron. Il met en lumière comment des experts et des technocrates remplacent les politiques "à l'ancienne" et raconte la guerre sourde entre le "nouveau" et l'"ancien monde".De cette exploration mêlant informations inédites et analyses, voici l'histoire secrète de l'an 1 de la démocratie de fer.

  • Une fois les portes du Salon des Ambassadeurs closes, que se dit-il pendant le Conseil des Ministres  ? Certes, projets de lois, décrets, délibérations, décisions font l'objet de comptes rendus hebdomadaires, mais, passé ce formalisme, reste tout ce que l'on n'entend pas... et ce que l'on ne devrait jamais savoir. Institué par de Gaulle, il est, depuis, scrupuleusement respecté par chacun des gouvernements. Mais, avec l'arrivée à l'Élysée d'Emmanuel Macron, qui bouleverse les conventions, un tournant a été pris au sein du Conseil.
    Bérengère Bonte a collé son oeil au judas pour recueillir les secrets qui décident de l'avenir de la France. Revenant sur les particularités des présidences passées, elle scrute avant d'autant plus d'acuité la transition des gouvernements Hollande à Macron, pris dans les feux de l'actualité (attentats, Brexit, migrants, etc.). Nourrie de révélations et de témoignages, une incursion dans l'un des antres de la République.

    Sur commande
  • Je ne marche plus !

    Matthieu Orphelin

    • Archipel
    • 16 Octobre 2019

    Le député écolo LREM qui a osé dire non à Macron.

    Député depuis 2017, Matthieu Orphelin, figure écologiste de la majorité proche de Nicolas Hulot, quitte le groupe La République en Marche à l'Assemblée nationale le 6 février 2019. « Je pars après avoir fait tout mon possible, mais nous ne sommes malheureusement au bon rythme sur aucun des grands chantiers de la transition écologique et solidaire », explique-t-il alors à ses collègues et à Emmanuel Macron.
    C'est ce « tout mon possible », butant sur le pouvoir des lobbys, les conservatismes et le parti de l'immobilisme, qu'il raconte dans la première partie de cet ouvrage : l'engagement auprès du candidat Macron, l'apprentissage des rouages de la politique à l'Assemblée Nationale, les négociations avec le gouvernement sur la loi Asile ou les budgets, la nuit du vote sur le glyphosate, les tractations secrètes à Notre-Dame des Landes, le départ de Nicolas Hulot et ses conséquences, les propositions face à la crise qui couve et qui deviendra celle des gilets jaunes, la multiplication des trop petits pas sur l'écologie...
    Dans la seconde partie, en forme d'entretien, il dessine « les possibles » d'une autre transition écologique, résolument enthousiasmante et solidaire, au moment où émerge de la société, et singulièrement de la jeunesse, une mobilisation sans précédent pour le climat.

    Sur commande
  • Sans façons, il s'est invité dans le peloton de tête des candidats à la présidentielle 2017. Ses adversaires l'ont désormais compris : il faudra compter avec Emmanuel Macron. Le trublion qui agaçait les éléphants socialistes, déterminés à le faire rentrer dans le rang, s'est imposé comme l'un des favoris. Sa démarche séduit et bouscule les clivages traditionnels.
    Diplômé de philosophie, énarque, ancien banquier d'affaires, à la fois « compagnon de route du PS » et « libéral », comme il se définit lui-même, l'homme a tout pour se faire détester de la gauche lorsqu'il arrive à Bercy en août 2014, couvé par François Hollande. Il s'impose cependant par sa force de conviction et sa connaissance des dossiers. Deux ans plus tard, il quitte le gouvernement pour se lancer à la conquête de l'Élysée.
    Le pari, qui semblait risqué, semble maintenant à sa portée. Au lendemain de la victoire de Benoît Hamon à la primaire socialiste, Emmanuel Macron enregistre de nombreux ralliements. L'invité surprise de l'élection présidentielle sera-t-il à même d'aller jusqu'au bout de son ambition ?
    Dans cette édition actualisée de sa biographie Emmanuel Macron, le banquier qui voulait être roi, François-Xavier Bourmaud retrace le parcours d'un candidat atypique, déterminé à chambouler le paysage politique français.

  • L'Arabie Saoudite porte le nom de la famille Saoud, qui règne depuis 1744 sur cette théocratie. Celle-ci s'est taillé un fief dans le sang, au début du XXe siècle, qu'elle a consolidé grâce au soutien des Occidentaux et à l'or noir dont elle possède un quart des réserves mondiales. Cette famille tire son pouvoir d'un pacte vieux de 270 ans entre un prédicateur, Mohammed ben Abdelwahhab, et un émir, Mohammed Ibn Saoud, cofondateur du premier État saoudien : alliance du sabre et du turban qui assura son hégémonie sur la péninsule et sur les lieux saints, et permit au courant le plus conservateur et sectaire de l'islam de dominer la pensée arabo-musulmane.
    Dans cette monarchie absolue, le Coran constitue la seule source du droit et nourrit une idéologie qui méprise la femme, l'étranger, la culture et la modernité. Le pays pâtit depuis 2013 d'une baisse des cours du pétrole qui menace de faire s'effondrer tout l'édifice. Ses alliés historiques jugent de plus en plus sévèrement ses liens troubles avec le terrorisme islamiste.
    Cet essai livre un état des lieux d'un pays qui, confronté à la désaffection des États-Unis et au retour de l'Iran sur la scène diplomatique, mais aussi à des luttes d'influence au sein de la famille royale, est menacé d'implosion.

    Sur commande
  • Faillite de l'Etat, effondrement des valeurs, démocratie en souffrance, récurrence des conflits armés, régression économique, violations des droits de l'Homme : le " mal africain " a tant de racines...
    De la Corne de l'Afrique (Somalie, Soudan, Ethiopie - Erythrée) au Sahara Occidental, de l'Afrique de l'Ouest (Liberia, Guinée Bissau, Côte-d'Ivoire) à l'Afrique australe (Zimbabwe) et jusqu'au centre du continent (les Grands Lacs), les haines couvent, les armes parlent, les hommes meurent. Et la misère perdure. Une certitude, pourtant : nulle solution violente n'aura raison de ces conflits. Socle de la diplomatie internationale, les mécanismes de règlement pacifique et consensuel se sont pourvus de concepts neufs de prévention et de gestion, et notamment d'un outil diplomatique adapté aux réalités africaines : la " facilitation ".
    Cette technique de mise en oeuvre des négociations d'arbitrage et de médiation dessine de nouveaux modèles de règlements des crises politiques ou interethniques. Remède africain à l'" afropessimisme " ? Comment se structure une facilitation ? Comment fonctionne-t-elle ? Quelle portée réelle reconnaître à son action ? Quel bilan peut-on en dresser ? Quels espoirs fonder sur elle ? Telles sont les questions posées par Mohamed El Hacen Ould Lebatt, universitaire et diplomate mauritanien qui fut au coeur des facilitations dans la région des Grands Lacs africains de 1999 à 2002.
    Un témoignage de première main, un regard pénétrant sur une Afrique déchirée.

empty